Penseur

mercredi, mars 26, 2008

Actualité Scientifique - 4

Recommençons en douceur, avec une petite collection de liens récents qui m'ont plu.

  • Un très beau billet d'El Jj sur l'Hotel Hilbert, cette métaphore sur les paradoxes de l'infini que j'avais découvert il y a assez longtemps dans un Hors-serie de Science et Vie... et qui ne cesse de m'intriguer depuis.

  • Tom Roud décrit une découverte vraiment fondamentale - comment obtenir des cellules souches sans détruire d'embryons. Un bon candidat pour un futur Nobel ! Je dois dire que je m'interroge un peu, une cellule-souche, quel que soit son mode de création, n'est-elle pas un embryon en puissance ? Enfin, les subtilités de la morale religieuse m'échappent surement.

  • Le weather engineering en action, pour que les Jeux de Pekin ne soient pas un Nagano-bis. C'est la première fois, à ma connaissance, que c'est fait à cette échelle. S'achemine-t-on vers le geoengineering dont je parlais ?

  • La Thermoïonique est une technologie que je regarde de près pour son potentiel écologique. L'idée est de convertir de la chaleur en électricité, en utilisant un subtil effet quantique. évidement, aller contre la seconde loi de la thermodynamique se fait avec un faible rendement, mais c'est toujours mieux que rien. Et la nanotechnologie fait signicativement mieux que les tubes à vide d'Edison et Fleming.

  • Un prix IgNobel qui trouve une application, c'est toujours émouvant. La science mesurait la vitesse du son dans le cheddar fondu (une étude dont j'ai déjà dit du bien), la technologie nous apporte un moyen non-invasif de mesurer le mûrissement des fromages.

  • Finir par un point négatif est peut-être un manque de goût, mais cela permet aussi de mettre en valeur des nouvelles importantes. La recherche en physique fondamentale est sévèrement menacée aux USA et en Angleterre. Aux USA, il s'agit de faire des économies, le coût de la guerre en Irak, de la recherche liée à la Défense, et de la réduction des déficits, faisant passer au second plan un certain nombre de projets. Parmi eux, la participation amériaine à ITER et l'International Linear Collider, un projet complémentaire du LHC. C'est un euphémisme de dire que la communauté scientifique américaine est inquiète de la place de leur pays dans le futur de la Physique. Et en France ? Le budget global pour le finacement public de la recherche augmente mais la lisibilité n'est pas excellente. Un lecteur aurait-il plus de détails ?

2 commentaires:

Tom Roud a dit…

Welcome back !

"Je dois dire que je m'interroge un peu, une cellule-souche, quel que soit son mode de création, n'est-elle pas un embryon en puissance ?"

C'est exactement mon sentiment, renforcé par le fait qu'on sait déjà faire des souris entièrement dérivées de cellules souches.

A propos de la thermoionique, c'est à une échelle différente, mais cela me fait un peu penser à l'énergie du vide et à l'effet Casimir.

Pour les questions budgetaires, un débat relié est de savoir comment on répartit les financements publics. De nombreux physiciens théoriciens, y compris en France, râlent contre l'investissement dans les grands équipements, qui ne sont pas inintéressants scientifiquement , mais ont aussi un objectif inavoué d'affichage politique (aménagement du territoire, prestige international, etc...) , alors qu'on pourrait peut-être financer avec ces sommes des projets moins visibles et moins coûteux et du coup plus nombreux. Personnellement, et pour être un peu provocateur, je ne suis pas sûr que tout l'argent dépensé dans le LHC pour explorer les limites du modèle standard et confirmer/infirmer les supercordes ne serait pas plus utile dans d'autres domaines de la physique (nanotechnologies ? informatique quantique ?). Sans compter qu'il n'est pas vraiment utile de former des physiciens théoriciens pour qu'ils aillent faire de la finance à la City (mais c'est un autre débat).

Matthieu a dit…

A propos de la thermoionique : non, c'est assez different de l'effet Casimir. En fait ce qui est utilise c'est l'effet tunnel entre deux electrodes: il existe une barriere de potentiel, mais l'energie thermique fait sauter des electrons malgré tout, créant ainsi un courant. Le processus complet est assez subtil, je ne suis pas sur de tout comprendre tres bien.

Pour la physique, ce que tu dis confirme mon intuition : en France, on a pas d'argent pour la recherche, sauf pour ce qui coute le plus cher - parce que cela permet un affichage politique.