Penseur

mercredi, juin 20, 2007

Actualité scientifique - 3

Un lundi au soleil/ c'est quelque chose qu'on aura jamais/ Chaque fois c'est pareil/ C'est quand on est derrière les bareaux/ Quand on travaille, que le ciel est beau.

Je dirais que Cloclo a inversé la cause et la conséquence : les beaux jours signifient plus de travail pour moi. D'où un blog en demi-sommeil...

A la manière d'un Koz, voilà ce sur quoi j'aurais voulu bloguer.

  • Des chercheurs de plusieurs équipes (l'américain Jaenisch du MIT avec des médecins de l'hôpital de Boston, Shinya Yamanaka de Kyoto, Konrad Hochedlinger à Harvard) ont reproduit et amélioré une expérience de 2006 consistant à obtenir des cellules-souche à partir de cellules normales de l'organisme. La technique est très simple, presque le B.A.-BA de l'ingénierie génétique : il suffit d'introduire quatre petits gènes dans la cellule normale pour la faire redevenir pluripotente. L'affaire fait grand bruit : il semble possible de créer des cellules-souche pour la thérapie régénérative (recréer des tissus du coeur pour soigner les victimes de crises cardiaques, des neurones pour les victimes de Parkinson, ...) sans détruire d'embryons, ce qui devrait lever des réticences éthiques. D'ailleurs, le Vatican se réjouit de cette avancée.

    Là, je m'interroge. Pour moi, les choses sont claires, les cellules-souche ne forment pas un humain avant le stade du foetus, car je définis un humain par son cerveau, sa conscience, sa capacité à percevoir le monde et à y réagir. Tant que l'embryon n'est qu'un tas de cellules, ce n'est qu'un organe. Et je ne suis pas convaincu par l'argument disant que ces cellules sont destinées à former un humain, donc qu'elles devraient être protégées comme un humain normal, puisque justement elles n'en sont pas un. Pour moi, un humain potentiel n'est que cela - pas un humain. Mais je conçois cependant que l'on puisse penser différement, et je le respecte. Seulement, la position du Vatican dans cette affaire manque de cohérence, puisque la cellule-souche nouvellement créée est elle aussi un humain potentiel ! Et qu'on ne me dise pas que le clone ainsi potentiellement créé n'aurait pas d'âme ou quelque controverse de Vallaloid du même tonneau - ou alors, il faut me dire si des vrais jumeaux partagent une âme...

    Et au passage, en l'état de la technique, greffer ces cellules reviendrait à greffer un cancer : il ne faudrait donc pas en prendre prétexte pour négliger la recherche sur les cellules-souche habituelles.

  • Un site d'étude scientifiques dont vous êtes le héros. Brillez dans les conversations en commençant vos phrases d'un "Des scientifiques américains ont montré que...", page Web à l'appui. Fondé par un ancien administrateur de Wikipédia, ce qui ne manque pas de sel !

  • Les journalistes (Le Figaro, le Monde, Rue89, ...) tombent dans le panneau du classement de Shangaï , dont les critères sont absolument inadaptés et non représentatifs de la qualité d'un enseignement ou d'un centre de recherche. Il y a certes des efforts simples que les établissements de recherches pourraient faire pour mieux figurer dans ce classement, comme une simplification et une rationalisation des noms - je suis toujours gêné quand un collègue étranger me demande où est le UFR5604/AB-AZK?!$33 qui a produit telle ou telle publication (j'exagère à peine). Bon, et c'est vrai qu'il y a une demande pour ce genre de classement, et donc que les universités françaises doivent évoluer pour devenir visible au niveau mondiale. Voilà qui donne du grain à moudre au gouvernement... (à lire, au passage, cet éditorial du Monde qui ne dit pas que des bétises).

  • Après l'Estonie, l'Italie. Il va falloir commencer à s'y habituer.

Bon ben au final, ça ressemble presque à une notule !

7 commentaires:

Tom Roud a dit…

Pour les cellules-souches, même si c'est une avancée, je ne suis pas sûr qu'elle soit potentiellement si fructueuse. On a quand même dû modifier leur génome, ce qui n'est pas anodin : je ne suis pas sûr que ces cellules ne puissent pas par exemple devenir cancéreuse. En gros, dans la mesure où on a destabilisé leur propriété à se différencier, rien ne dit qu'elle ne puissent pas de déstabiliser plus tard spontanément et provoquer des cancers (un peu à la manière du sarcome de Sticker chez les chiens).
A part ça, les chercheurs ont apparemment réussi à avoir des animaux adultes :
"What's more, these reprogrammed skin cells can give rise to live mice",

et dans l'abstract :

"Notably, the cells-derived from mouse fibroblasts-can form viable chimaeras, can contribute to the germ line and can generate live late-term embryos when injected into tetraploid blastocysts."

Preuve que ces cellules souches ne sont guère différentes d'embryons. Je ne suis pas sûr que le Vatican ait lu ce passage...

Tom Roud a dit…

Correction : ils n'ont probablement pas été jusqu'au bout pour obtenir des animaux adultes (s'étant arrêtés au stade embryonnaire). Cela ne change rien au fait que ces cellules-souches peuvent donner des embryons.

Matthieu a dit…

Merci d'avoir cité le passage précis, Tom, mais en substance, n'est ce pas ce que je dis dans le billet ?

Matthieu a dit…

Et pour le fait que les cellules seraint "destabilisées" et ne pourraient plus se redifférencier, je crois que tu donnes la réponse juste apres, je me trompe ?

Tom Roud a dit…

Oui oui, tout à fait d'accord, mais je n'avais pas compris que la synthèse d'embryon avait vraiment été réalisée (je pensais qu'on était encore dans la spéculation).

Pour les cellules différenciées, je que je veux dire c'est que si tu mets des gènes pour renverser la différenciation, ces gènes sont toujours là même si la cellule se redifférencie. Si pour x ou y raisons ils se remettent en route, ta cellule va donc redevenir pluripotente, d'où risque de cancer. Autrement dit, tu pourras peut-être avoir des organes synthétiques, mais tu auras un risque de cancer plus grand.

NicoR a dit…

Pour commencer, tout a fait d'accord sur le classement de Shangai.

Pour les cellules souches et l'abstract cité par Tom Roud, il me semble que les embryons sont des chimères obtenus en injectant les cellules souches obtenus dans des blastocytes d'un autre embryon. Ils ont un système pour detecter ensuite dans l'embryon obtenu la provenance des cellules, et montrent que leurs cellules souches se sont différenciés en plusieurs types de cellules et sont présentes dans plusieurs tissus.

Pour le risque de cancer, il est aussi lié à la dé-différentiation des fibroblastes, induite par 4 gènes... dont 2 oncogènes!

La compréhension des mécanismes en jeu dans cette dé-différentiation est un super programme scientifique.

Pour l'aspect éthique de cette forme éventuelle de "clonage", il me semble que potentiellement, la technique peut s'affranchir de fécondation. C'est un point crucial, du point de vue du Vatican.

Matthieu a dit…

Pour l'aspect éthique de cette forme éventuelle de "clonage", il me semble que potentiellement, la technique peut s'affranchir de fécondation. C'est un point crucial, du point de vue du Vatican.

c'est ce que je crois comprendre aussi. L'Eglise fait là un "classement" entre "humains potentiels", certains devant etre protégés a tout prix, d'autres étant sacrifiables. Du coup, si un jour des hommes sont clonés, est-ce qu'ils seront, pour l'Eglise, des sous-hommes sans âme ?