Penseur

mardi, septembre 19, 2006

Pour un échiquier politique à plusieurs dimensions : exemple

J’ai essayé de représenter les idées du billet précédent sous la forme d’un graphique à deux dimensions, l’axe économique et l’axe social. J’ai essayé de positionner quatre types de courants politiques.

- les sociaux-démocrates : l’aile droite du PS, Blair, Schröder ou Zapatero,

- La droite libérale : Sarkozy, Merkel pré-accession au pouvoir,

- le socialisme « de rupture » (le nom n’est peut-être pas heureux) : l’aile gauche du PS,

- la droite « paternaliste » (ça n’est pas mon jour, décidement), allant de de Gaulle à Alliot-Marie.


Etes-vous d’accord avec la façon dont ils sont placés ?

Il apparaît que l’accusation du « Gauche/Droite, tous pareils » était certainement plus pertinente à l’époque du gaullisme flamboyant qu’elle ne l’est maintenant avec l’avènement de Nicolas Rupture Sarkozy à la tête de l’UMP.

Ce qui est à noter aussi, c’est ce que je n’ai pas réussi à placer. Bon, les partis d’extrême gauche ou droite dépassaient du cadre, là n’est pas la question. Mais l’UDF par exemple, j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé ou le positionner. J’ai l’impression que François Bayrou, tout occupé à son combat pour un vrai débat démocratique (fort légitime, au demeurant), ne communique pas assez sur ses idées économiques ou sociales !

J’essaierai de collecter des avis et des informations pour améliorer cette représentation. Vos commentaires sont les bienvenus !

2 commentaires:

FrédéricLN a dit…

Bonjour ; bel essai !

Le "political compass" est bâti sur la même recherche d'un "plan politique", il serait intéressant de l'adapter pour les clivages politiques français.

Le fait que les 4 tendances que vous avez pu situer, s'alignent sur une diagonale, suggère qu'au fond les deux axes "éco" et "soc" tels que vous les définissez, se confondent en France dans le bon vieil axe "priorité aux riches vs aux pauvres", qui avait du sens dans une société/économie non mondialisée.

Sur cette diagonale, l'UDF serait d'ailleurs ... au centre, je pense.

Des alternatives possibles à la recherche d'un 2ème axe (je situe les différents partis un peu au pif, à titre de suggestions) :

* ouverture au monde (UDF, 2ème gauche, libéraux) vs. repli (FN, gauche de la gauche, gaullistes d'après de Gaulle) [c'est le principal clivage dans l'opinion, plus fort que droite-gauche]

* priorité à l'avenir (Verts, UDF, PS "moderne", Alternatifs) vs au présent (UMP, PS "historique", FN, PCF, libéraux) [c'est à mon avis le clivage décisif pour les décisions concrètes sur les questions éco-sociales et de finances publiques]

* démocratie bottom-up (UDF et généralement centre, Verts/Alternatifs, libéraux, partisans de la démocratie participative) vs top-down (gaullistes, mitterrandiens, PCF, trotskystes, sarkozystes) [c'est le clivage essentiel concernant le type de gouvernance, donc en principe la possibilité de gouverner ensemble]

* ... ?

Matthieu a dit…

Votre remarque sur l'alignement des 4 tendances sur un axe "riches vs pauvres" est intéressante, mais je ne suis pas forcément d'accord sur le fait qu'il n'a plus de sens dans une économie mondialisée. Je vais y réfléchir.

Très bonne idée, cet axe "ouverture au monde". Je pense qu'il fait sens : il n'oppose pas seulement partis extrèmes, de repli, et partis traditionnels, d'ouverture. Il sépare aussi les grand partis en deux : les accents protectionnistes, à droite ou à gauche, s'opposent aux socio-démocrates et aux autentiques libéraux, qui valorisent la mondialisation. Et comme vous dites, il est tres valide dans l'opinion : c'est, je pense, ce qui a été le principal argument dans le débat sur le TCE